À l’heure actuelle, la turbulence de l’adolescence est éduquée, voire redressée pour répondre à la conformité d’une soi-disant réalité, tandis que Freud comme Lacan nous en soulignaient la non-conformité entre ce qui du sujet et le monde pourrait faire unité.

La rencontre entre François Truffaut, tout jeune cinéaste et Jean-Pierre Léaud, jeune adolescent est la démonstration qu’il ne s’agit pas de se s’adapter aux conventions pour s’inscrire dans le monde mais bien plutôt d’y inscrire ce qui nous est de plus singulier.

François Truffaut, avec ce film, avait l’idée d’esquisser une chronique sur l’adolescence comme « un mauvais moment à passer [i]».

Il ne s’était pas trompé en choisissant Jean-Pierre Léaud, élève turbulent, pour interpréter Antoine Doinel, le rôle principal des 400 coups.

Quand Truffaut lui indique qu’il est peut-être trop âgé pour le rôle, Jean Pierre Léaud ne s’en laisse pas conter puisqu’il se pose comme ce que recherche François Truffaut : « un gars qui soit gouailleur », signifiant dont il est épinglé, recélant son style dans la manière d’habiter la langue avec son corps.

Dans ce casting, les dés sont jetés : Jean-Pierre Léaud, espiègle, n’hésite pas à faire résonner la malice de la motérialité de sa lalangue. Avec son timbre et son phrasé inimitable, il nous donne à voir ce qui de la parole fait écriture qui « est dans le réel le ravinement du signifié, ce qui a plu du semblant en tant qu’il fait le signifiant [ii] ».

Truffaut a su accueillir la turbulence de cet adolescent, non pour la remanier mais pour lui donner une forme épique.

De son côté le « gouailleur » trouve un nouvel essor puisque Jean-Pierre Léaud ne va plus au cinéma « pour passer le temps [iii] » mais bien pour y apprendre de l’Autre afin d’en faire son métier.

 

 

 

 

 

[i] http://www.telerama.fr/cinema/films/les-quatre-cents-coups,4673.php

[ii] Lacan J., « Lituraterre » Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p.17.

[iii] Jean-Pierre Léaud at the 1959 Cannes Film Festival for 400 Blows https://www.youtube.com/watch?v=zvQp2xiHaDs-