Les bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan datant du IVème ou Vème siècle de notre ère, ont été pulvérisés par les talibans en 2001.

Un Exemple sans égal de l’art Gandhara, à la rencontre du monde grec et indo bouddhiste comme les drapés grecs sur l’original en témoignent ; pas question de restaurer ces trois géants dont l’un de 55m de haut. Deux chinois ont procédé à la résurrection de ce dernier par projection numérique en 3D : la technologie high-tech fait surgir ce fantôme superstar au lieu même de sa disparition ; elle redonne des couleurs au Dieu vivant comme au temps de sa splendeur où il était couvert d’or et de bijoux. Les drapés sont moins visibles, la présence d’un échafaudage bien visible, lui, nécessité par cet exploit technique, semble une armure qui habille la statue ; elle lui donne un air de guerrier comme ceux de l’armée en terre cuite de Xian en Chine.

L’original extrait de la montagne logeait dans une niche toujours bien visible ; dans la vidéo, l’apparition est sertie dans cette alvéole tel un bijou. Image virtuelle mais indestructible.