Pierre Zaoui nous parle de la théorie de Leibniz sur les monades qui reste étonnamment actuelle pour aborder la question du regard. L’univers leibnizien est composé de monades, la monade étant une substance simple (par exemple une âme) ou un composé de substances simples (par exemple un individu) qui exprime en lui-même l’ensemble de l’univers d’un point de vue particulier. Il y a une infinité de monades mais chacune est unique et regarde l’univers à l’intérieur d’elle-même. Cette théorie implique alors une approche topologique et donc la réinvention de toute la géométrie.

Le monde selon Leibniz n’est donc fait que de regards qui ne regardent fondamentalement qu’en eux-mêmes en exprimant plus ou moins clairement le point de vue singulier qui constitue chacun d’eux. Pierre Zaoui nous indique alors en quoi cela nous invite à sortir du regard du juge, et à regarder à l’intérieur de soi.

Pierre Zaoui est philosophe, maître de conférences à l’université Paris VII-Diderot et membre du comité de rédaction de la revue Vacarme. Parmi ses publications : Spinoza: la décision de soi (Bayard, 2008), La Traversée des catastrophes (Seuil, 2010), La discrétion, ou l’art de disparaître (Autrement, 2013).