Professeur de littérature en classes préparatoires au lycée Lakanal, Philippe Mangeot nous dit combien reste mystérieux ce qui se transmet aux élèves, ce qui persiste d’un enseignement, l’inattendu de ce à quoi s’est noué un désir singulier, fut-ce dans le malentendu, et qui peut être restitué des années plus tard. Si de sa place, l’enseignant suscite le transfert, Philippe Mangeot met en garde contre le devenir gourou de certains qui n’hésitent pas se faire à l’occasion chantres du désir, et préfère veiller à ce que les conditions de l’apprentissage permettent à chacun de rencontrer le sien, à son pas.