De la commande « d’espaces de vie » invivables destinés aux sans-abri, et d’où l’intimité du désir est exclue, à la commande inattendue d’une piscine sans eau, nouée à la singularité du désir d’au-moins-une, Patrick Bouchain interroge ici la société de dressage où nous vivons, qui conçoit les équipements publics sans plus faire place aux désirs particularisés. Apprendre, c’est ici laisser une place vide où accueillir l’autre et l’inviter à s’avancer, c’est concevoir l’architecte comme un assistant du public et des artistes, dont la mission politique est de soutenir ce Pouvoir de faire qui est le titre de son livre paru en 2016 chez Actes Sud.

http://www.actes-sud.fr/catalogue/architecture-et-urbanisme/le-pouvoir-de-faire