En quoi la question du regard s’est-elle posée pour Jeanne Balibar dans son métier de comédienne ? Comment faire au théâtre avec ce « nuage » de présences que sont les visages des spectateurs dans la pénombre ? Jeanne Balibar nous dit ici, au plus précis, comment un acteur, une actrice accepte ou non d’être regardé, comment quelque chose dans sa présence induit implicitement la distance à laquelle le cadre de la caméra sera posé. Elle distingue les regards vivants des partenaires qui vous mettent en jeu et « vous appellent au niveau de la plus grande réponse », de ceux qui font défaut et poussent à chercher d’autres appuis, éclairant ce mouvement dans la profondeur du jeu où le regard comme la voix se mobilisent pour se tourner vers l’intérieur ou s’avancer.

 

Jeanne Balibar est actrice, elle a travaillé avec de nombreux réalisateurs comme Jacques Rivette, Pedro Costa, Jean-Claude Biette, Bruno Podalydès, Mathieu Amalric, Laurence Ferreira-Barbosa, etc. Elle a également enregistré deux albums en collaboration avec Rodolphe Burger, Sarah Murcia et Fred Poulet.

Elle a joué dans le cadre du festival d’Automne, Les Frères Karamazov mis en scène par Frank Castorf. Elle incarne Madeleine Béjart dans La Vie de Molière de Boulgakov dans un spectacle de Frank Castorf à Berlin.