Le cours de logique Shadok sur la passoire (saison II, épisode 6, juin 1970) est d’une exemplarité indémodable. Et avec quelle économie de moyens! Exemplaire, oui, comme le disait Lacan, de «  la profonde méchanceté de toute position pédagogique » si sous-jacente dans ce terme de dressage retenu dans le thème de nos Journées. Cette méchanceté est intrinsèque au discours du maître universitaire. Dans ce discours il s’agit bien de mettre les jouissances singulières des sujets au pas de l’universel. Précisément celui  d’un savoir non pas en construction, au travail, comme dans le discours du maître antique,  mais parfaitement clos  et fermé à toute dialectique – un savoir de maitre dit Lacan. Comme ceci  est rendu de manière flagrante dans ce cours de logique! Cette universalisation ce sont  ces élèves, tous rigoureusement identiques, qui grattent comme des forcenés. Ce savoir fermé, dans la forme et le fond, c’est ce ton catégorique et définitif du professeur qui énonce à partir d’un simple signifiant maître , la passoire, qu’il est possible de   s’affranchir justement de  toute élaboration de savoir et de donner une valeur de commandement aux âneries dont la précision de nomenclature ne les rend que plus absurdes. Ainsi l’autobus qui devient un cas de l’ensemble passoire! Cette absurdité  va jusqu’à prétendre subvertir la métonymie même de la chaine signifiante et  elle confine ici à une violence radicale. Démonstration shadokienne réjouissante…et inquiétante d’inhumanité! À méditer…